syphilis

Un grand danger : l’augmentation des cas de syphilis en France

La syphilis la “maladie de Naples”, ou le “mal français”, à cause d’une affaire qui remonte à 1495 est de retour en Europe et particulièrement en France, l’augmentation coïncide avec une peur réduite du SIDA

Michel Cymes explique l’augmentation des cas de syphilis en France

Selon RTL, La syphilis revient après son dernier foyer depuis 2010 en France, en 1495, le roi Charles VIII s’empare de la ville de Naples mais son armée est rapidement mise au tapis par une épidémie de syphilis, remarquez, on aurait tout aussi bien pu appeler ça le “Mal du Nouveau Monde” vu que la première épidémie européenne est survenue juste après le retour de Christophe Colomb et de ses hommes de leur périple américain.

syphilis

La syphilis reste à savoir une infection bactérienne sexuellement transmissible, dont on a cru être débarrassé au tournant des années 2000, le HIV fait moins peur qu’il y a quelques années, c’est sans doute dû aux avancées de la trithérapie et à une information qui s’est ramollie, la conséquence, c’est que les hommes homosexuels se protègent moins et s’exposent donc plus aux IST comme la syphilis, le retour en force de la maladie les affecte au premier chef, si l’on en croit les statistiques de Santé Publique.

Les symptômes de la syphilis

Des petites plaies ou des éruptions sur la peau ou sur les muqueuses, il arrive qu’on n’y prête pas trop attention parce qu’il n’y a pas de démangeaison particulière, la syphilis qui n’est pas traitée peut à terme toucher les nerfs, le cœur, les artères, les yeux et le cerveau, malheureusement, il n’existe  pas de vaccin, mais en matière de prévention, le seul qu’on peut protéger, c’est le fœtus, en donnant de la pénicilline à la future mère si elle est atteinte.

Lire aussi : ESPOIR POUR L’ÉLIMINATION DU VIRUS DU SIDA

Pour le reste, on dispose d’antibiotiques efficaces, ce qui n’est pas une raison pour multiplier les conduites à risques parce que la syphilis, ce n’est pas les oreillons, on peut l’attraper plusieurs fois dans sa vie, d’où l’intérêt de rappeler que quand on n’est pas abstinent ou cantonné à un seul partenaire, fiable, on doit utiliser le préservatif.

Leave a Reply