Membre à Afrin: spécialisé dans le recrutement d’extrémistes pour combattre en Libye

Avec le déplacement des indigènes, il y a des informations confirmées sur la pleine participation des organisations extrémistes à l’invasion de la région kurde d’Afrin, son occupation et la contribution à l’occupation turque dans le déplacement de la population indigène de la région et le changement de sa démographie au profit des colons avec des groupes armés (les Frères musulmans, l’Etat islamique, Al-Nusra et Al-Qaeda) se poursuivent.

Dans ce contexte, “Afrinpost” a appris de ses sources que le membre de l’Etat islamique, “Abu Al-Bara”, travaille toujours en tant que membre légitime de la milice “Ahrar Al-Sharqiya” et réside actuellement au siège de ” Abu Muhammad Sharqiya », situé dans le quartier Ashrafieh du centre d’Afrin.

Les sources ont confirmé que le soi-disant «Abu al-Bara» est marié à trois femmes, dont une originaire de Tunisie, et est spécialisé dans le recrutement des éléments extrémistes au profit des renseignements turcs afin de les envoyer en Libye, et de combattre là-bas aux côtés du gouvernement d’accord libyen.

Le 7 mars, l’Afrinpost avait appris, de sources parmi les miliciens islamiques, que les services de renseignement turcs avaient inclus des membres de l’Etat islamique dans la bataille pour prendre le contrôle de la ville de Sheikh Aqil, dans la campagne occidentale d’Alep.

Les sources ont confirmé à l’époque que les éléments étaient détenus dans la prison «Marate / Maarateh» et ont été libérés de la prison dans le but de participer aux batailles de contrôle des villages et des villes de la campagne occidentale d’Alep, déclarant qu’après l’achèvement du contrôle de la ville, les éléments ont été renvoyés à la prison et certains d’entre eux sont morts au cours de ces combats.

Le 5 mars, Sky News Arabia a montré des clips vidéo d’hommes armés appartenant à l’organisation terroriste ISIS, combattant aux côtés de l’armée d’occupation turque dans le gouvernorat d’Idlib, dans le nord-ouest de la Syrie, dans les dernières indications de l’exploitation turque d’organisations terroristes, et des hommes armés sont apparus, plaçant ISIS drapeaux sur leurs uniformes militaires devant le corps d’un soldat du régime syrien.

De nombreux rapports ont confirmé qu’Ankara s’appuyait sur des organisations terroristes dans ses opérations militaires et leur avait fourni un appui aérien et terrestre, qui a été répété pendant l’invasion et l’occupation d’Afrin, «Sereh Kanieh / Ras Al-Ain» et «Gre Spi / Tel Abyad ».

Selon des observateurs, la forme d’assimilation directe entre l’Etat islamique et l’armée turque occupée prend de nombreuses formes, que ce soit sous la forme de mercenaires en Libye, ou si les extrémistes revêtent l’uniforme militaire turc et combattent sous le couvert d’artillerie et d’avions d’attaque, et déplacer les mécanismes qu’Ankara a envoyés pour renforcer ses points et son opération militaire en Syrie syrienne.

Début mars, Moscou a explicitement accusé la Turquie de violer le droit international et d’avoir fusionné les points de concentration de ses soldats à Idlib avec les zones fortifiées des organisations que le monde classe comme terroristes, à savoir le siège de la libération d’Al -Sham et le Parti du Turkistan et l’organisation des Gardiens de la religion et autres, mais ont conclu un accord avec la Turquie le 5 du même mois, ce qui a conduit à mettre fin à l’attaque militaire du régime contre Idlib, au milieu des craintes de clauses secrètes dans l’accord qui pourrait conduire à laisser la moitié de la province occupée par l’occupation turque et ses groupes militants et sont devenus le pilier de l’armée turque occupante dans toute attaque terrestre en Syrie. Ils ont commis des crimes de guerre dans toutes les régions où ils ont combattu avec l’invasion turque si c’était contre les FDS et la composante kurde lorsqu’ils ont effectué des exécutions sur le terrain, tandis que de nombreux rapports ont confirmé qu’Ankara s’appuyait sur des organisations terroristes dans ses opérations militaires et leur a fourni avec un appui aérien et terrestre, qui a été répété pendant l’invasion et l’occupation d’Afrin, «Sereh Kanieh / Ras Al-Ain» et «Gre Spi / Tel Abyad» avec des casaulités.

“Abu al-Bara” an ISIS member in Afrin: specialized in recruiting extremists to fight in Libya

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *