L’Iran maintient une peine de cinq ans de prison pour la universitaire franco-iranienne Fariba Adelkhah

La condamnation d’Adelkhah, prononcée en mai pour “charges de sécurité, y compris complot contre la sécurité nationale”, a été confirmée par la cour d’appel et “elle va purger cinq ans”, y compris le temps passé depuis son arrestation, a déclaré le porte-parole de la justice, Gholamhossein Esmaili, lors d’une conférence de presse télévisée. Selon le système judiciaire iranien, une peine de cinq ans de prison pour l’universitaire franco-iranienne Fariba Adelkhah a été confirmée.

Directeur de recherche à l’ université de Sciences Po à Paris, Adelkhah a été arrêté en juin de l’année dernière et est en détention depuis.

Elle est une double citoyenne franco-iranienne, un statut que l’Iran ne reconnaît pas.

Son collègue et partenaire français Roland Marchal, qui était détenu à peu près au même moment alors qu’il lui rendait visite à Téhéran, a été libéré en mars lors d’un échange de prisonniers apparent.

Marchal a été libéré après que la France a libéré l’ingénieur iranien Jallal Rohollahnejad, qui a été extradé vers les États-Unis pour des accusations de violation des sanctions américaines contre l’Iran.

Jean-Yves Le Drian, le ministre français des Affaires étrangères a condamné la condamnation d’Adelkhah comme un verdict «politique» et a demandé sa libération immédiate en mai. (AFP) Les cas d’Adelkhah et de Marchal sont une épine dans les relations entre Téhéran et Paris depuis des mois.

https://www.france24.com/en/20200630-iran-upholds-five-year-jail-sentence-for-french-iranian-academic-fariba-adelkhah

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *