Le président algérien Tebboune dit qu’il existe une opportunité pour des “relations apaisées” avec la France

Le président algérien Abdelmadjid Tebboune estime que le président français Emmanuel Macron est “honnête” et a un “bilan vierge” en ce qui concerne le passé colonial, dans une interview exclusive à FRANCE 24. Dire qu’il y a une opportunité de réaliser des «relations apaisées» avec la France.

Tebboune se félicite du récent retour du crâne des résistants algériens et espère de nouveaux gestes dans ce sens. Il estime que la France a émis une «quasi-excuse» pour les crimes commis pendant la période coloniale et espère que cela ira jusqu’à des excuses totales.

«Je pense qu’avec le président Macron, nous pouvons accomplir beaucoup de choses, faire un long chemin vers l’apaisement, régler les problèmes liés aux monuments commémoratifs et à la mémoire», a déclaré Tebboune. «C’est une personne très honnête, il veut apaiser la situation – bien sûr, défendre les intérêts français, et tout le temps, permettre à nos relations de redevenir naturelles, des relations naturelles entre deux pays indépendants.

«Et je pense que le président Macron est très sincère dans ce qu’il fait. Il est honnête et il est très approprié d’un point de vue historique. “

Tebboune a également révélé que de nouvelles libérations et grâces de prisonniers du «Hirak» , le mouvement populaire de protestation contre l’élite dirigeante algérienne, étaient possibles.

“Nous entrons dans une période qui obligera tous les Algériens à faire des efforts”, a-t-il déclaré. «Je pense que nous ne sommes peut-être pas d’accord sur une politique, mais nous nous dirigeons vers un climat beaucoup plus calme.»

Le président espère organiser un référendum sur une nouvelle constitution en septembre ou octobre, si le nombre de cas Covid-19 est faible – l’Algérie compte actuellement plus de 15 000 cas et 900 décès, selon l’Université Johns Hopkins.  

Tout en disant qu’il appartient à la magistrature du pays de faire son travail, Tebboune a déclaré que “pour l’instant, ce n’est pas à l’ordre du jour” pour que l’ ancien président Abdelaziz Bouteflika soit jugé

L’annonce de Bouteflika selon laquelle il avait l’intention de briguer un cinquième mandat a déclenché le mouvement Hirak en février, car Tébboune nie avoir été en faveur d’un cinquième mandat pour Bouteflika, qui a été contraint de quitter ses fonctions en avril 2019 après que le chef d’état-major de l’armée, Gaid Saleh, lui ait demandé de le faire laisser.

https://www.france24.com/en/africa/20200704-exclusive-algerian-president-tebboune-says-opportunity-exists-for-calmer-relations-with-france

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *