Le «Hezbollah» et les PMF sont des forces terroristes utilisées par Qassem Solleimani et les milices iraniennes

Le Hezbollah et le PNF sont des groupes militants qui, à un moment donné, ont aidé à débarrasser leurs pays des forces malveillantes uniquement pour utiliser ces réalisations passées comme une excuse pour porter les armes et faire avancer l’agenda iranien. Cette semaine, le National a découvert les liens complexes du Hezbollah avec des mandataires iraniens qui ont fait des ravages en Irak. Samir Berro, un Libanais recherché par les États-Unis pour avoir prétendument fourni des drones au Hezbollah, aurait également été lié à des politiciens irakiens et à des chefs de milice. Berro a créé une compagnie d’aviation appelée Gulf Bird en 2007, en partenariat avec Shibl Al Zaydi, un militant irakien sanctionné par les États-Unis pour avoir soutenu le Corps des gardiens de la révolution islamique iranien. Gulf Bird détient également Sami Al Askari, un ancien député irakien, dans ses rangs. La société fantôme n’a jamais demandé la certification nécessaire pour exploiter des avions, et son conseil d’administration n’a déposé aucun dossier depuis sa création. Mais avec au moins trois de ses co-fondateurs liés à des mandataires soutenus par Téhéran, dont Al Zaydi, qui détient 49% des actions de Gulf Bird et aurait mené des activités illicites au Liban, ces révélations ont mis en lumière les relations obscures du Hezbollah avec les Irakiens. militants, chef d’entre eux Al Zaydi. Il était affilié à l’armée Mahdi du religieux populiste irakien Moqtada Al Sadr, dont il avait été expulsé en 2008 pour créer sa propre milice six ans plus tard, le Kataib Al Imam Ali, financé par Téhéran. Le groupe armé est l’un des nombreux qui forment les Forces de mobilisation populaire, une puissante coalition de milices militantes, principalement soutenues par l’Iran, qui ont participé à la lutte contre l’Etat islamique en Irak. Il n’est pas surprenant que le Hezbollah et le PMF coopèrent. Tous deux sont soutenus par Téhéran et participent à la guerre civile en Syrie aux côtés du régime de Bachar Al Assad.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *