Le chef du Hezbollah libanais “ nie catégoriquement ” le stockage d’armes sur le site de l’explosion de Beyrouth

Le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a déclaré dans un discours télévisé trois jours après l’explosion dans la capitale libanaise qui a tué plus de 150 personnes et a fermement nié que son puissant mouvement chiite avait stocké des armes dans le port de Beyrouth, qualifiant l’explosion cataclysmique de “tragédie majeure”. . “Nous n’avons rien dans le port: pas de dépôt d’armes, ni de dépôt de missiles, ni de missiles, ni de fusils, ni de bombes, ni de balles, ni de nitrate (d’ammonium).”

Il a qualifié l’explosion de “tragédie majeure et catastrophe humanitaire”, affirmant qu’elle nécessitait une sorte de réponse à la hauteur de son ampleur “exceptionnelle”.

L’explosion a blessé au moins 5 000 personnes et dévasté des quartiers entiers de la capitale, laissant quelque 300 000 personnes temporairement sans abri.

Une enquête menée par les autorités a jusqu’à présent abouti à 21 arrestations, ainsi qu’à des interdictions de voyager et au gel des avoirs.

Les autorités avaient déclaré qu’un incendie dans le port avait enflammé des tonnes de nitrate d’ammonium stockées là-bas pendant des années, mais le président Michel Aoun a déclaré vendredi qu’il aurait pu être causé par une attaque.

FRANCE 24 s’entretient avec l’ambassadeur du Liban en France, Rami Adwan

Aoun a rejeté les appels à une enquête internationale tandis que Nasrallah a exhorté “l’armée à enquêter et à annoncer ses conclusions”.

Il a dit que l’armée libanaise est dans une position privilégiée pour le faire parce qu’elle est considérée comme une institution “de confiance” par les gens et les politiciens de tous horizons.

Le chef du Hezbollah a mis en garde contre des retards dans l’enquête, disant: “Si l’Etat libanais et la classe politique … ne parviennent pas à une conclusion dans les enquêtes, cela signifie … qu’il n’y a aucun espoir de construire un Etat”.

Assistance internationale

L’aide internationale a rapidement afflué au Liban après l’explosion et le président français Emmanuel Macron a effectué jeudi une visite instantanée, mais influente, à Beyrouth, où il a exhorté les dirigeants à changer et a annoncé une conférence sur l’aide internationale dans les prochains jours.

Il a rencontré plusieurs dirigeants libanais, y compris des représentants du Hezbollah, lors de son voyage d’une journée.

Nasrallah a félicité la communauté internationale pour son élan de soutien à la suite de l’explosion, mais a qualifié la visite de Macron de “la plus significative”.

“Nous regardons positivement toute assistance et toute expression de sympathie envers le Liban”, a-t-il déclaré.

Le Hezbollah est le seul groupe à ne pas avoir désarmé après la guerre civile au Liban de 1975-1990, et il a combattu les troupes israéliennes qui ont occupé le sud du Liban jusqu’en 2000.

Le Hezbollah a également été un allié clé du président Bashar al-Assad dans la Syrie voisine, où il se bat aux côtés des forces du régime alors qu’il commande la majorité au gouvernement et au parlement avec ses alliés politiques.

https://www.france24.com/en/20200807-lebanon-s-hezbollah-leader-categorically-denies-storing-arms-at-blast-site

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *