La France fixe les prix des denrées alimentaires et des boissons en vertu d’une nouvelle loi

Nutella, Président Camembert, Ricard Pastis et le café Carte Noire font partie des marques qui devraient coûter plus cher en France avec l’entrée en vigueur d’une loi sur les prix des denrées alimentaires.

Cela signifie que les grandes marques de produits alimentaires et de boissons ne peuvent plus être vendues à prix coûtant. La marge bénéficiaire des magasins doit être d’au moins 10%.

Mais les produits de marques propres de nombreux magasins devraient être un peu moins chers. Ces biens proviennent souvent de petites entreprises.

Le gouvernement veut aider les petits producteurs, mais la France continue de se plaindre de ses prix.

On se demande si la nouvelle loi fonctionnera comme prévu.

Combien d’une augmentation de prix?

Le seuil de marge de 10% signifie qu’une marque d’aliments ou de boissons précédemment vendue au prix de 1 € (0,88 £; 1,1 $) doit désormais être au prix de 1,1 € minimum.

Mais il n’y aura pas d’augmentation uniforme des prix, rapportent les médias français. La loi concerne davantage les supermarchés et les hypermarchés que les petits magasins locaux.

En effet, les grandes surfaces proposent des marques populaires à des prix abordables ou proches des prix, réduisant leurs marges sur ces produits afin d’attirer les clients dans une guerre des prix féroce. Leurs profits dépendent d’un volume important et d’un chiffre d’affaires élevé.

Les petits magasins ne peuvent toutefois pas égaler les faibles marges des supermarchés.

La chaîne de supermarchés Carrefour s’adapte à la loi en augmentant les remises accordées aux clients des cartes de fidélité.

Carrefour compte augmenter les prix de 35 centimes d’euros en moyenne, soit 5%. Un grand détaillant qui a déjà augmenté ses prix a communiqué au quotidien Le Parisien une liste des marques concernées, tout en demandant l’anonymat. Parmi les hausses de prix sont les suivantes:

Président camembert (+ 8,6%)

Ricard Pastis (liqueur anisée – en hausse de 9,9%)

Nutella (en hausse de 8,4%)

Café Carte Noire (+ 4,4%)

Coca-Cola (en hausse de 5%)

La chaîne d’hypermarchés E Leclerc a déclaré qu’elle augmentait les prix de 1 000 marques de 3%.

Le ministre de l’Agriculture, Didier Guillaume, a déclaré “l’objectif est de vendre les produits agricoles à leur juste valeur”. Il a souligné que les prix de la viande et du poisson ne seraient pas affectés.

Il a dit qu’en général, dans les supermarchés, les prix augmenteraient pour 500 des 13 000 produits et dans les hypermarchés pour 800 des 20 000 produits en vente.

Pourquoi la loi est-elle controversée?

Le gouvernement espère qu’en faisant payer davantage les magasins à leurs fournisseurs – les grossistes -, ces derniers paieront plus cher aux producteurs français de produits alimentaires et de boissons. En effet, les revenus des grossistes devraient augmenter car les consommateurs paient des prix plus élevés pour certaines marques.

Mais des millions de consommateurs français sont mécontents du coût de la vie. Le gouvernement court donc un risque. Il a déjà du mal à contenir les manifestations souvent violentes des “gilets jaunes” (gilet jaune).

Les manifestations ont été déclenchées par une hausse du prix du carburant l’année dernière – annulée par la suite par le président Emmanuel Macron – mais le mouvement des “gilets jaunes” s’est rapidement transformé en une manifestation plus large contre les difficultés économiques.

Pendant des mois, les gilets jaunes ont organisé de grandes manifestations le week-end. Un autre est prévu pour samedi.

M. Macron a tenté de contacter les manifestants. Il a déclaré aux journalistes jeudi: “Si être un gilet jaune, cela veut dire que vous voulez que le travail paie plus et que le Parlement fonctionne mieux – eh bien, je suis un gilet jaune.”

Quels consommateurs sont les plus touchés?

Le groupe de défense des droits des consommateurs français UFC Que Choisir a exprimé son scepticisme face à la nouvelle loi.

L’un de ses chercheurs, Mathieu Escot, a déclaré que les petites boutiques telles que la chaîne Monoprix à Paris n’augmenteraient pas leurs prix, car leurs marges étaient déjà supérieures à 10%.

Mais il a noté que les manifestants de “gilets jaunes” étaient des acheteurs fréquents dans les grands supermarchés et les magasins de la ville, où les prix augmenteraient.

“Ce sont donc les Français qui ont des revenus plus modestes, un faible pouvoir d’achat, qui vont payer”, a-t-il expliqué.

La loi “n’oblige pas” les grossistes de produits alimentaires et de boissons à payer davantage aux producteurs ruraux français, a-t-il déclaré.

La Confédération paysanne, un grand syndicat de l’agriculture, a déclaré au quotidien Libération “qu’il n’existe aucune incitation claire à assurer un retour aux producteurs et à augmenter leurs revenus”.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *