IRAN: Avouer les échecs des élections et la contrefaçon des votes

La défaite du simulacre d’élections du régime iranien était déjà évidente en raison de sa répression brutale des manifestations contre l’Iran en novembre 2019. Cette question a été reconnue par les responsables du régime en divers termes directs ou indirects.La haine du public envers le spectacle électoral du régime est si claire que même dans ses campagnes de propagande, il a dû reconnaître la haine du peuple par certains responsables et avouer la nature trompeuse des élections.La chaîne 3 du régime a diffusé le 19 février un programme intitulé “Non-Stop” sur les défis de la soi-disant élection du régime, disant: “Nous devons entendre les voix du peuple, et je ne sais pas pourquoi cela n’apparaît que Eh bien, ne devrions-nous pas entendre la voix des gens quand les travailleurs, par exemple, ne sont pas payés et sortent? Abdullah Nasseri de la soi-disant faction réformiste a déclaré: “Le taux de participation devrait être inférieur à celui des élections précédentes. C’est un fait que M. [Abbas-Ali] Kadkhodai [porte-parole du Conseil des gardiens] reconnaît également la faible présence de les gens.”

Il a conseillé au régime de contrefaire les votes en raison de la lenteur des élections et a déclaré: “Cependant, en toutes circonstances, je pense qu’il faut annoncer que le taux de participation sera de 45%.”

Il a donné un deuxième conseil à son régime et a déclaré qu’il devait déclarer un pourcentage plus élevé de jeunes participants que de personnes âgées aux élections afin que le régime puisse se déclarer démocratique et organiser des élections passionnées.

Et au moins à cause des luttes intestines qui se déroulent quotidiennement dans ce régime, il a finalement attaqué le Conseil des gardiens et a écrit: “Le statut du Conseil des gardiens est remis en question depuis des années.” (Journal officiel Jahan Sanat, 20 février 2020) Le clerc Hosseini Ansari Rad, membre de la soi-disant faction réformiste, a reconnu l’échec des élections et a déclaré: “La participation de la classe moyenne et la volonté consciente ci-dessous. La classe moyenne et les militants politiques ne se présenteront pas à cette élection. . ” (Quotidien d’État Setareh-e-Sobh, 20 février 2020)

Le religieux Nateq Nouri, qui s’inquiétait des retombées de la campagne électorale du régime et que même les forces du régime ne soutenaient pas le régime, effrayait ceux qui refusaient de participer à des salons gouvernementaux et les obligeait à participer à ce spectacle sur le ” dissidents “et” mouvements extrémistes à l’étranger “et tout en appelant le régime des mollahs” cher Iran “, et les a mis en garde,” le fait de souffler avec le scrutin conduirait à la formation de mouvements extrémistes à l’intérieur et à l’extérieur du pays et à la croissance de mouvements dissidents avec le chère intégrité territoriale iranienne. ” (Quotidien d’État Setareh-e-Sobh, 20 février 2020)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *